Catégories
Billet Campus Politiques Société Thématiques

L’UNIL et l’EPFL : l’omerta sur Israël et bras ouverts à Emmanuel Macron, deux faces d’une même médaille ?

Suite aux attaques meurtrières du Hamas sur des civils israéliens du 7 octobre dernier, l’UNIL et l’EPFL ont toutes deux, à juste titre, pris position pour condamner ces actes1. Depuis, l’Etat d’Israël multiplie les massacres, les bombardements meurtriers, coupe l’approvisionnement en eau, électricité et carburant à Gaza, tuant plus de 6,500 palestinien·ne·s dont 2,700 enfants. Pourtant, face à ces crimes de guerres, rien, aucune réaction2. Inutile bien sûr de mentionner les 70 dernières années de crimes coloniaux perpétués en toute impunité. Inutile encore de mentionner le soutien apporté comparativement par les deux écoles à l’Ukraine lors de l’invasion russe. Mais non, les palestinien·ne·s n’auront droit qu’à l’indifférence. Au milieu de ce silence assourdissant, l’UNIL a tout de même fait le choix d’interdire un tournoi de foot organisé pour apporter une aider humanitaire à Gaza3. Le motif ? L’événement serait de nature “politique”. Ah, “politique”, toujours ce même vilain mot, la justification d’excellence. Comme si l’indifférence dont font preuve les deux écoles à l’égard des palestinien·ne·s ne serait pas tout autant politique. Comme si la décision d’interdire ce tournoi ne l’était pas non plus. 

Il y a, par ailleurs, les événements qu’on interdit parce que considérés politiques, et ceux que les écoles s’empressent s’organiser elles-mêmes : la venue de Messieurs les présidents Emmanuel Macron et Alain Berset le 16 novembre prochain4. Selon des critères inconnus du grand public, il semblerait que cet événement n’entre pas dans la fameuse catégorie “politique”. Ouf, tout va bien alors, rangeons tranquillement nos ballons de foot, et sortons le tapis rouge pour l’élite franco-helvétique.

Rappelons-le, ce sont pourtant bien les autorités françaises et suisses qui affichent leur soutien inconditionnel à Israël, complices de ces crimes de guerres commis, refusant d’en appeler à un cesser-le-feu en témoignent les dernières déclarations d’Ignazio Cassis5, et interdit des manifestations en soutien au peuple palestinien. Manifestement, ça ne semble pas déranger l’UNIL ; l’indifférence au sort palestinien semble être communément partagée.

Rappelons-le, encore, c’est bien la macronie qui a déployé des mesures d’austérité détruisant l’université publique française, multipliant les coupes budgétaires dans la recherche et l’éducation, intensifiant la sélection à l’entrée de l’université laissant des milliers de jeunes sur le carreau, et méprisant la recherche en sciences humaines et sociales6. Manifestement, ça ne semble pas déranger l’UNIL de louer les mérites de l’université et d’inviter son destructeur en chef. Peut-être pourra-t-il lui partager ses recettes à succès pour augmenter la précarité étudiante ? 

Rappelons, enfin, que c’est la macronie qui tenta de faire reposer la taxe carbone sur le dos des plus précaires, qui balaya les mesures les plus efficaces de la Convention Citoyenne pour le Climat, qui réprime violemment les militant·e·s écologistes, et distribue des milliards aux entreprises écocidaires7.  Mais manifestement, pour une université se prétendant “leader de la durabilité”8, il n’y a pas d’incohérence et d’hypocrisie dans l’accueil d’un chef de l’Etat faisant fi de la recherche scientifique, menant des politiques climaticides, et criminalisant celles et ceux qui se mobilisent face à l’urgence et à la gravité de la situation. 

Alors stop. Cessons de nous cacher derrière une prétendue neutralité universitaire. L’indifférence de nos écoles face au sort palestinien est un choix politique, et cette invitation présidentielle l’est également.  

Ces choix sont les deux faces de la même médaille, celle de l’hypocrisie de nos institutions, face à laquelle les communautés étudiantes ne peuvent qu’exprimer leur honte et leur indignation. 

  1. https://news.unil.ch/display/1697177109176 ; https://www.epfl.ch/campus/community/current-initiatives/ ↩︎
  2. https://www.amnesty.org/en/latest/news/2023/10/israel-opt-urgent-call-for-an-immediate-ceasefire-by-all-parties-to-end-unprecedented-civilian-suffering/ ↩︎
  3. https://www.20min.ch/fr/story/lunil-a-annule-un-tournoi-de-football-en-soutien-a-la-palestine-889402926994 ↩︎
  4. https://www.rts.ch/info/suisse/14437663-emmanuel-macron-viendra-parler-deurope-avec-alain-berset-a-luniversite-de-lausanne.html ↩︎
  5. https://lecourrier.ch/2023/11/02/effondrement-moral-face-a-gaza/ ↩︎
  6. https://www.revolutionpermanente.fr/Austerite-selection-elitisme-le-plan-de-Macron-pour-casser-l-universite-publique ; https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/06/30/comment-emmanuel-macron-s-est-aliene-le-monde-des-sciences-sociales_6044632_3224.html ↩︎
  7. https://www.youtube.com/watch?v=WFZYhFtFbtc ↩︎
  8. https://www.unil.ch/files/live/sites/central/files/docs/plan-intentions-unil-21-26.pdf
    ↩︎

Par Comité de rédaction du Canard Huppé

Le comité de rédaction du Canard Huppé gère et rédige régulièrement des articles dans le journal. Il édite une journal papier disponible sur le campus universitaire ainsi que le journal en ligne. Enfin il encadre le travail des étudiant·es qui souhaitent écrire dans notre journal afin de donner conseils et faciliter la tâche. Ce comité est complètement indépendant du comité de direction de l'association.

2 réponses sur « L’UNIL et l’EPFL : l’omerta sur Israël et bras ouverts à Emmanuel Macron, deux faces d’une même médaille ? »

Le Genocide a eu lieu à plusieurs reprises, le peuple palestinien reste debout malgré une occupation violente à tous les niveaux.
C est une honte ce silence de la part des politiques /puissances mondiales qui se disent être des démocraties!!!
Merci à l’UNIL et l’EPFL d’avoir un visage humain et d’oser nommer les choses.

Oui, décidément, c’est une HONTE! 24Heures, LE quotidien des vaudois, a choisi délibérément de faire le silence sur la manifestation nationale pro-palestinienne du 4 novembre, qui a réuni des milliers de personnes sur la Place Fédérale à Berne. Elle est belle, la démocratie! Et quand j’ai écrit à 24Heures, pour dénoncer ce silence complice, ils ont choisi de ne pas publier ma lettre.. Alors que leurs confrères journalistes se font assassiner à Gaza pour avoir osé dire la vérité. SHAME ON YOU!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *